Le guide de votre bien-être à domicile

Pressothérapie

La pressothérapie au secours de vos problèmes circulatoires

massage

© Valua Vitaly - Fotolia.com

La pressothérapie est issue de la famille des physiothérapies, ces thérapies qui améliorent les fonctions physiques et la motricité en utilisant des méthodes telles que le massage, la chaleur, la cryothérapie, l’électrothérapie (ultrason, laser), l’hydrothérapie et les exercices physiques.
  1. Le drainage par pressothérapie
  2. Les appareils de pressothérapie

Le drainage par pressothérapie

La pressothérapie est une méthode de drainage qui effectue un massage par compression et décompression d’air et qui a pour effet de stimuler la circulation lymphatique et d’améliorer le retour veineux. C’est en quelque sorte la petite s½ur mécanique (donc plus puissante) du drainage lymphatique.La pressothérapie est généralement pratiquée par des kinésithérapeutes, elle est particulièrement recommandée en cas d’½dèmes lymphatiques, veineux et de problèmes circulatoires. Il s’agit donc avant tout d’un geste médical.

Cependant, il existe dans les instituts de beauté, un soin portant le nom de presso-esthétique, qui aide à traiter la cellulite (notamment celle due à la rétention d’eau), qui remodèle la ligne du corps en affinant les jambes, et surtout, qui soulage les jambes lourdes. Attention: en cas de thrombo-phlébite, d’½dème aigu pulmonaire, de troubles cardiaques ou de thrombose veineuse il est nécessaire de solliciter un avis médical avant d’envisager d’avoir recours à la pressothérapie.

La pressothérapie, comment ça marche ?

Une fois dans la cabine de soin de l’institut, on enfile l’équipement nécessaire à la séance selon les zones à traiter : des bottes qui couvrent les pieds et montent jusqu’en haut des cuisses (aine), une sangle pour le ventre, et des manches pour les bras. La combinaison est munie de fin tuyaux en plastique (appelés tubulures), reliés au compresseur. Cet ensemble a une double paroi, qui permet à l’air de se loger entre l’équipement et la peau. Par mesure d’hygiène, on enfile d’abord une sorte de sous-botte protectrice jetable, pour éviter à la peau d’être en contact direct avec l’équipement.

Une fois allongée, les jambes légèrement surélevées, le compresseur se met en marche et remplit d’air les doubles parois des bottes, ce qui exerce des pressions douces et indolores en alternance sur les parties qui doivent être traitées. Ces hyperpressions stimulent la circulation sanguine et de ce fait le retour veineux. Elles permettent également de stimuler le système lymphatique et d’aider ainsi à l’évacuation et l’élimination des toxines. La lymphe transporte aussi les globules blancs, son drainage permet donc l’amélioration du système immunitaire.

Les appareils de pressothérapie

Il y a trois types d‘appareils de pressothérapie utilisés dans les centres.

Les appareils à compression globale

(L’équipement couvre l’ensemble des membres inférieurs.) La phase de compression accélère la circulation sanguine et l’évacuation de la lymphe vers les ganglions (qui agissent comme une station de filtrage) puis les transporte vers les réseaux évacuateurs. La phase de décompression créée un mouvement d’aspiration qui permet une vidange optimale des réseaux veineux et lymphatiques

Les appareils à compression étagée

La botte est divisée en plusieurs parties (3 ou 5) pour permettre à la compression de s’établir progressivement des pieds aux jambes.

Les appareils à compression dynamisée

Ils délimitent des zones de pression qui respectent l’anatomie : La partie antérieure des jambes est gonflée à un niveau de pression qui reste la même du début à la fin de la séance afin, de former un élément de maintien et d’agir comme contre-pression. La plante des pieds quant à elle, est alimentée par pression pulsée. Enfin, la partie postérieure des jambes est soumise à un cycle alternatif de pression/décompression selon un rythme déterminé (suivant le programme élaboré avec le praticien en fonction des objectifs.)